L'Effet Kirlian

L'effet Kirlian est le résultat photographique de la manifestation physique d'ondes à hautes fréquences, irradiées par le psychisme humain. Ces ondes peuvent être perçues grâce à un procédé photographique qui consiste à convertir des propriétés non électriques d'un objet en propriétés électriques, à l'aide d'un champ électrique à haute tension, avec un transfert direct des charges de l'objet sur l'émulsion photographique. On nomme ce procédé l'électrographie.

Ces ondes furent mises en évidence la première fois par Nikola Tesla, en 1893, lors de la foire mondiale de Chicago où il apparut en public entouré d'un halo de lumière grâce à un procédé utilisant une bobine électrique qui porte toujours son nom. Ce n'est qu'en 1939 que des preuves photographiques ont pu être apportées par Semyon Kirlian, un jeune chercheur soviétique, et dans les années soixante que le lien fut fait entre ces émanations et la santé, le psychisme ou la personnalité profonde d'un individu. Des diagnostics préventifs furent même réalisés par des médecins soviétiques.

Photo réalisée grâce à l'effet Kirlian

Les émanations Kirlian ont aussi permis de constater que les corps vivants émettent des rayonnements qui correspondent non seulement aux parties "visibles" de ces corps mais également à des parties devenues "invisibles" comme des membres ou des morceaux amputés. Cette constatation est à rapprocher des affirmations d'un grand nombre d'amputés qui prétendent continuer à "souffrir" ou à "sentir" un membre depuis longtemps disparu.

On sait aussi que l'effet Kirlian peut être rapproché des théories millénaires de l'acupuncture traditionnelle. Les points les plus lumineux relevés sur les photographies sous hautes tension correspondent, en effet, aux quelques 700 zones clefs enseignées par les orientaux.

L'effet Kirlian est la manifestation d'un des aspects de notre potentiel énergétique. Ce dernier qui, chez l'homme, se décompose en énergie chimique, mécanique, électrique, calorique et psychonique, est produit par la dégradation et l'oxydation des lipides (graisses) et des glucides (sucres). L'énergie psychonique est la moins connue de toutes. Elle se différencie des autres types d'énergie par son caractère rayonnant qui lui permet de s'évader du corps physique et de former ainsi une bulle énergétique visualisable par la technique de l'effet Kirlian. La production des "psychons" ne peut donc pas être liée au seul cerveau. C'est bel et bien l'ensemble de nos cellules qui rayonnent cette énergie liée à l'activité du système endocrinien et, plus spécialement de la glande thyroïde. En traitant la glande thyroïde par des faisceaux de lumière colorée, on peut réduire un excédent d'énergie non dissipé (hyperthyroïdie) ou, à l'inverse, stimuler les sécrétions dans les cas d'insuffisance. C'est du fonctionnement de la thyroïde que dépend le niveau énergétique global de notre organisme. C'est le niveau de sécrétion de cette glande qui déterminera l'importance et la coloration de cette "aura" que visualise l'effet Kirlian.

Si l'on établi le classement des fréquences rayonnées, nous pouvons constater l'existence de trois types :
- électromagnétique,
- sonique, qui inclut les fréquences visibles telles que la lumière,
- mentale.

C'est dans le troisième type énergétique qu'il faut classer ce que la science officielle définie comme "l'étude de facultés hypothétiques du psychisme", c'est-à-dire la parapsychologie. Elle se décompose en phénomènes ou "vibrations" tels que la télépathie (transmission de pensée à distance), la clairvoyance (perception d'objets ou d'événements non directement visibles dans l'espace), la précognition ou la rétrocognition (perception d'objets ou d'événements dans le futur ou le passé), et la psychokinésie (action de la pensée sur la matière, sans contact physique).
Hadjo et Moskovakis, en France, mais aussi des chercheurs russes et américains ont prouvé qu'il existe un rapport entre la signature électrophotonique d'un individu et les états modifiés de conscience dans lesquels il évolue.
Nous pouvons supposer sans prendre trop de risques que ce troisième type énergétique est lié aux deux autres types par des propriétés semblables à celles qui lient les deux premiers.

Dans le cas spécifique et bien connu de la radiodiffusion, il est démontré journellement que les photons du premier type peuvent servir de vecteur, de support aux phonons du deuxième type. C'est ainsi que le son peut être transmis à distance en utilisant l'énergie électromagnétique comme support. De la même manière, les psychons peuvent être "portés" par les deux autres formes d'énergie rayonnée.
Un désir, conscient ou inconscient, se transforme ainsi en un stimulus psychique dont les psychons peuvent êtres propagés par un rayonnement porteur, sonique ou électromagnétique. On peut alors expliquer valablement toutes sortes de phénomènes dits "paranormaux" et que la science moderne range parmi les manifestations de la psychotronique.

Le Pr Isidor GUNARD, de l'académie des sciences de Moscou, affirme que le système nerveux des végétaux, bien que nettement plus primitif que celui des animaux, fonctionnait de la même manière que celui de l'homme.
Il pense que les plantes sont parfaitement conscientes du monde constituant leur environnement.
Elles reçoivent des signaux qui s'acheminent au travers de leurs organes constitutifs et parviennent à leur centre de perception et de sensation où les informations sont décodées et enregistrées.
Ce centre nerveux et psychique des végétaux serait situé dans les environs du collet des racines.

En ce qui concerne les minéraux dont l'organisation est encore plus simple, les photographies Kirlian témoignent là encore d'une activité "psychique".
L'homme évolue en moins d'un siècle, les végétaux évoluent parfois sur plusieurs siècles et les minéraux, quant à eux, ont une durée d'évolution qui se compte en millénaires ou en millions d'années. Le règne minéral n'est absolument pas un monde inanimé et figé. Son évolution est tout simplement plus infiniment plus lente que celle des deux autres règnes et, de ce fait, elle nous paraît statique par rapport à notre propre évolution. Les éléments radioactifs sont une bonne illustration de ce phénomène : l'Uranium 92, le Thorium 90 et le Radium 88 se transformeront peu à peu en Plomb 82; Le Radium perd la moitié de sa masse en 1600 ans alors que l'Uranium mettra 4,5 milliard d'années pour arriver au même résultat. Outre leur participation au rayonnement de fond, les matières minérales offrent de multiples possibilités thérapeutiques qui découlent de leur rayonnement "psychonique". La métallothérapie et la lithothérapie, deux branches de l'énergathérapie que l'on nomme aussi "minéralothérapie", se fondent sur cet échange énergétique subtil entre le règne minéral et le règne animal ou végétal.
Sir Jagadis Chunder Bose, physiologiste indien, a étudié au moyen d'appareillages de sa conception, les réactions des animaux et des végétaux, puis celle des métaux. Il est ainsi arrivé à la conclusion que l'on ne pouvait pas déceler de différences vraiment fondamentales entre les réactions des organismes dits "vivants" et les réactions des structures minérales.

Tel qu'il a été conçu, l'homme était destiné à "résonner" en harmonie avec son environnement animal, végétal et minéral. Aujourd'hui, la réduction progressive des espaces de verdure, la pollution électromagnétique, le comportement outrancier et irrévérencieux des touristes qui visitent les sites composés de pierres autrefois sacrées conduisent à une déperdition énergétique de l'environnement, et par voie de conséquence, à la déstabilisation de la vie de l'organisme humain. On peut en tenir pour preuve que les maladies mentales sont pratiquement inexistantes chez les habitants des grands espaces verts, notamment les indigènes d'Afrique et d'Amérique du Sud.

Sources : Au delà de l'occultisme, l'énergie rayonnée, Daniel Depris, éditions Aurore, 1987.
Face A, l'énergie rayonnée, Daniel Depris, éditions Aurore, 1987. L'inconnu, n°224 - janvier 1997.
Site : Manipulation, Conspiration, Désinformation

DALAÏ-CHARLY > Juin > 2004
 
HAUT DE PAGE
DALAÏ-CHARLY
MES LIENS

Copyright © 2004 / DALAÏ-CHARLY